Liure avèm nascut, nos emmuralhar an volgut, nos far calar, n’an pas pogut.

» Catégorie : oiseaux


Un appétit d’oiseau

Commentaires » 1

L’expression « un appétit d’oiseau » désigne quelqu’un qui ne consomme qu’une toute petite quantité de nourriture et suggère souvent le manque de plaisir de manger.

Mais, en voyant la façon dont picorent avidement tous les petits oiseaux qui fréquentent les mangeoires installées pour l’hiver on comprend que si l’homme n’avait pas pour fâcheuse habitude de se représenter beaucoup de choses comme comparables à la réalité humaine, cette expression n’aurait jamais existé.

Image de prévisualisation YouTube

Sur la terrasse du dobermann

Commentaires » 0

Depuis que le froid s’est installé à Montségur, la dame au dobermann a transformé sa terrasse en auberge pour tous les petits oiseaux de son quartier.

Pour ce dimanche, au menu : choucroute et bœuf bourguignon, un peu de graisse et le bout de lard pour se disputer un peu. Mais décidément, les oiseaux pourraient donner aux hommes des leçons de convivialité et de partage.

Un grand merci à Yvette qui alimente cette copieuse cantine pour oiseaux !!

Image de prévisualisation YouTube

Partageons quelques pommes…

Commentaires » 0

Comme chaque année, le pommier du jardin sur lequel nous laissons les pommes sert de restaurant à tous les merles du quartier qui se régalent des derniers fruits sans risquer d’être croqués par un chat. Aujourd’hui, nous avons profité d’un dimanche ensoleillé pour filmer ces charmants oiseaux tout affairés à se nourrir. Voici ces quelques images que nous sommes heureux de vous offrir.

Image de prévisualisation YouTube

Cette vidéo rappelle qu’en hiver, les oiseaux ont besoin de notre aide pour résister à la mauvaise saison. Voici donc quelques conseils de la LPO pour aider nos amis du ciel à mieux passer cette période.

Quelle nourriture utiliser ?

Les aliments riches en lipides et donc en énergie seront très appréciés par de nombreux oiseaux :
La graisse : margarine, beurre, saindoux, suif, lard, non salés, seuls ou en mélange avec des graines.
Les graines de tournesol
Les cacahuètes : non salées et non grillées, décortiquées ou en coques
Les fruits secs : noisettes, noix, amandes décortiquées voire concassées
Les petites graines, indispensables aux passereaux à bec fin (rougegorge, accenteur mouchet…) : millet, avoine, chènevis (chanvre), alpiste, navette, pavot… ou les flocons d’avoine
Le maïs concassé, le blé, l’orge
Les fruits : pommes, poires, pour les merles et grives ; noix de coco fraîche pour les mésanges ; raisins secs.
Vers de farine : pour les insectivores (rouge-gorge, accenteur mouchet, troglodyte, roitelets…). Leur élevage se pratique dans un petit terrarium contenant du son humidifié.
L’eau

Les gourmandises à ne donner qu’en petites quantités :

Les pommes de terre cuites : appréciées des merles et grives, geais…
Les fromages secs : croûtes, dés, fromage râpé
Le riz ou les pâtes cuits : pour les tourterelles, les moineaux
Les miettes de pain ou de gâteau.

 Ne jamais donner

Des aliments salés
Du pain sec ou des biscottes, des déchets de pâtisserie, des noix de coco desséchées, qui gonflent et provoquent des troubles digestifs
Du lait
Des larves de mouches (asticots), très résistantes et pouvant perforer l’estomac des oiseaux
Des graines de lin ou de ricin qui sont toxiques.

Aménager un abreuvoir est important car l’eau est aussi nécessaire aux oiseaux. En hiver, ces derniers ont beaucoup de mal à trouver des points d’eau. L’abreuvoir devra être maintenu libre de glace et aidera ainsi les oiseaux à réduire leurs dépenses énergétiques durant une période cruciale de gel ou de neige. Par temps froid, les oiseaux se baignent pour maintenir leur plumage en bon état de conserver la chaleur. Sans eau, les oiseaux diminuent leurs capacités de vol et les qualités isolantes de leurs plumes.

Si votre bassin gèle, n’utilisez jamais de sel ni d’antigel. Ces produits sont toxiques pour les oiseaux. Lorsque vous réapprovisionnez le bassin ou l’abreuvoir, versez de l’eau chaude. Changez l’eau régulièrement pour éviter toutes contaminations.

Une petite flamme bien fragile

Commentaires » 0

bouvreuil01.gif

Le programme Vigie-Nature mis en place par le Muséum national d’Histoire naturelle a mis en évidence l’inquiétante disparition des oiseaux dans notre Pays.

Les réseaux d’observateurs naturalistes volontaires ont en effet constaté qu’en  20 ans, plus de 10% des oiseaux nicheurs ont disparus.

Pour certaines espèces, entre 2001 et 2008 les effectifs observés ont décliné de façon dramatique : le tarier des prés (- 76 %), la linotte mélodieuse (- 71 %), le pipit farlouse (- 65 %), le pouillot siffleur (- 65 %), le bouvreuil pivoine (- 63 %) et le gobemouche gris (- 57 %).

Partant de ces terribles constatations, réjouissons-nous d’avoir le bonheur de pouvoir encore observer un bouvreuil à Montségur. comment ne pas s’émouvoir du déclin de ce timide oiseau si surprenant lorsqu’il surgit comme une boule lumineuse dans nos jardins.

bouvreuil01.jpg
Photos Lucien BOUYCHOU

Un joli petit oiseau au bord du chemin

Commentaires » 0

Ce matin, sur le chemin de « la Prade » un joli bruant jaune (Emberiza citrinella) s’est perché tout au bout d’un piquet pour chanter. En se laissant ainsi photographier de si près, ce gentil passereau me permet de vous faire partager cette charmante rencontre.

bruantjaune.jpg

Une nichée de merles

Commentaires » 0

Une gentille nichée de merles qui a élu domicile sous nos fenêtres et voilà un moment de bonheur que nous pouvons vous faire partager.

Image de prévisualisation YouTube

Vidéo L. BOUYCHOU

Il était une fois une belle nichée sous abri

Commentaires » 1

Depuis fin mai, une petite famille de rouge-queue à front blanc (phoenicurus phoenicurus) avait élu domicile sur une poutre de l’abri bus en haut du village. Voici quelques images de la vie de cette charmante petite nichée d’insectivores très utiles aux jardiniers.

Image de prévisualisation YouTube

Un seul bémol, depuis la dernière vidéo, le nid qui avait été repéré par une élue, a été enlevé. Espérons que les petits oisillons auront eu le temps de prendre naturellement leur envol.

La bétise peut tuer !

Commentaires » 4

Pas besoin d’être super intelligent pour savoir qu’au printemps les arbres sont de véritables « maternités et pouponnières » accueillant nids, couvées puis oisillons jusqu’à leur envol.

La construction des nids représente un travail considérable. La collecte des matériaux a nécessité jusqu’à 1300 allers et venues à un pinson ou un chardonneret. A cette quête s’ajoute la couvaison puis le courageux travail de nourrissage avec ses impératifs de collecte de graines, insectes ou vermisseaux, nécessaires à la croissance des poussins.

Tant de peine pour perpétuer la vie devrait inspirer un minimum de respect. Hélas, beaucoup d’hommes, égoïstes et cruels ne s’embarrassent pas de telles considérations et quand aucune règlementation ne l’impose, la trêve de protection des nids n’est pas souvent respectée.

p1030504.jpg

C’est le cas actuellement à Montségur où certains, sachant parfaitement qu’en cette période de reproduction, abattage d’arbre rime avec destruction des couvées, ont sciemment coupé un grand sapin où nichaient des dizaines d’oiseaux, sans le moindre remord pour les dommages collatéraux très lourds causés aux malheureux poussins !

Comment ne pas s’émouvoir de voir, le responsable se réjouir et danser sans entendre les appels de détresse d’un merle qui assiste impuissant à l’anéantissement de ses petits !!!

A une époque où le mot Biodiversité est devenu mode et sort de toutes les bouches, il serait temps d’agir afin d’éviter cette lâche façon de détruire les oiseaux de nos villages.

Il serait notamment judicieux d’interdire (sauf exceptions pour raison de sécurité, bien entendu) les coupes et tailles franches (à l’exception des tailles douces effectuées avec des outils légers) d’arbres, d’arbustes et de haies entre le 1er avril et le 15 août, période durant laquelle la plupart des oiseaux nidifient.

La petite nichée a bon appétit

Commentaires » 1

Le nid photographié il y a quelques jours contient 3 petits bien affamés sur lesquels veillent de courageux parents merles.
Voici quelques images de ces oisillons nourris par le papa.

http://www.dailymotion.com/video/x8yy61

Nichée du printemps

Commentaires » 0

merlette.jpg

Grâce à un nourrissage suivi cet hiver, ce printemps, nous avons le bonheur de pouvoir apercevoir les merles nicher en toute quiétude tout près des maisons.

1234