Liure avèm nascut, nos emmuralhar an volgut, nos far calar, n’an pas pogut.
  • Accueil
  • > Actualité locale
  • > Quand la nature n’est plus qu’un produit touristique, Syrphe et papillons ont vite fait de disparaître.

Quand la nature n’est plus qu’un produit touristique, Syrphe et papillons ont vite fait de disparaître.

 Pensant faire prendre conscience à l’association des Naturalistes de l’Ariège de leur responsabilité dans la disparition d’espèces sur le territoire de Montségur, j’avais déposé un commentaire sur leur Page FBQuand la nature n'est plus qu'un produit touristique, Syrphe et papillons ont vite fait de disparaître. dans Actualité locale 19100803200292558

En réponse à cette démarche, l’ANA a d’abord répondu par un commentaire reconnaissant un impact sur les insectes résultant de leurs techniques d’inventaire.  Mais très vite, pour supprimer toute trace de cet impact, ce commentaire a été modifié…. 191008031959879590 dans Coup de gueule

Dans leur empressement  à masquer les destructions dont ils sont responsables, l’ANA a également retiré la phrase précisant leur intérêt à protéger la faune et la flore….

 Au vu des projets confiés à l’ANA par la CCPO :

191008034116501018 dans Evènements

191008034116751359 dans Nature

Il est évident que l’intérêt premier de cette association n’est plus de protéger la faune et la flore et force est aujourd’hui de constater qu’à leurs yeux  syrphes et  papillons qu’ils détruisent ne sont qu’un « détail de l’histoire » bien vite effacé.

8 octobre, 2019 à 15:45


Un commentaire pour “Quand la nature n’est plus qu’un produit touristique, Syrphe et papillons ont vite fait de disparaître.”


  1. Michel NOËL écrit:

    Je constate que les milliers d’€ pleuvent de partout ; 42.700 € HT pour l’ANA, 204.793 € au titre de la PAC 2018 pour l’agropastoralisme (GAEC du Pichol, M. Barbat, GP de Montségur) finalement l’exploitation agricole de moyenne montagne ainsi que les projets environnementaux et touristiques dont nous attendons de voir ce qu’ils généreront en retour sur investissement, vivent aujourd’hui sous perfusion et quelque chose me dit que ce n’est pas terminé. En attendant le contribuable est le dindon de la farce…


Laisser un commentaire