Liure avèm nascut, nos emmuralhar an volgut, nos far calar, n’an pas pogut.

Yves Maris, philosophe cathare n’est plus

conseilyvesmaris.jpg

Nous avons appris avec peine le décès d’Yves Maris, maire de Roquefixade, et passionné philosophe cathare. Pour mieux connaître sa vie, ses écrits et ses convictions voici le lien vers son autobiographie :

http://ww.chemins-cathares.eu/090100_autobiographie.php

A sa famille et ses enfants nous présentons nos plus sincères condoléances.

30 juillet, 2009 à 8:29


9 Commentaires pour “Yves Maris, philosophe cathare n’est plus”


  1. Robert de Marselha écrit:

    mes sincères condoléances à la famille, j’ai prié pour le mieux pour lui, nous tous cathares nous savions que notre vie est seulement un passage sur cette terre, bien à lui ou il est maintenant est nouvelle renaissance encore meilleure de cette qu’il a vécue
    que le vrai seigneur accueille ce juste qui vient à Lui
    robert de marselha
    Valgrana (CONI)Italie

  2. Moirez Per écrit:

    Hélas, même si le catharisme a perdu un de ses fervents adeptes, son souvenir restera à jamais Vivant en nos cœurs , car au-delà de ses ouvrages, je retiens volontiers le souvenir durant lequel ,ce questeur de l’Absolu que fût notre frère Yves, permettra de susciter l’éveil du catharisme au travers de ses nombreuses activités dans le Partage . Ainsi, grâce à sa minutieuse étude biblique , Il favorisa une éclosion admirable de ses éléments fondamentaux pour former et conforter l’ approche du catharisme en tant que message lumineux et cohérant . Merci ,Yves , d’avoir guidé notre Voie vers la Vérité . Mes sincères condoléances et sympathie à toute sa Famille . Je joins ma prière à celle de tous tes Amis -e- .Per

  3. lagarde martine écrit:

    J’ai appris avec une grande peine mais sans grande surprise la mort d’Yves…Quelle tristesse! Un grand érudit nous quitte mais nous penserons souvent à lui et à « la Bastida del Cathar » qui le personnifiait si bien. Il doit être heureux là où il est, seule cette pensée nous habite….Sincères condoléances à toute la famille…J’aurais voulu être des vôtres,samedi, mais trop de kilomètres me séparent de Roquefixade…Ma pensée sera avec ses proches et avec tous ses amis cathares.
    Martine Lagarde de Dijon mais toulousaine de naissance

  4. Vie Moirez écrit:

    Cher Yves

    Voilà que maintenant, ta Queste Bleue s’achève
    Mais non, c’est juste le terrain qui change…
    Je savais ton départ, nous n’en avions parlé
    Mais Sûr comme le Mont, prendrons ce Thé Parfait
    Au plus doux Païs des rêves, même hospitalité
    Que tu m’offris un jour, sans me connaistre.

    Avalon te salue, courageux Chevalier !
    Un autre prend ta place espèrent toutes Fées !
    De la triste ducasse, ton âme est libérée !
    Bon voyage l’Âmi que je ne connus point
    Immortel en nos coeurs, sang-souffrances
    Plus Haut que les étoiles, tu navigues enfin.

    Le Néant n’est pas rien, quelle drôle de phrase
    Au centre de la Terre, Unique et souveraine,
    Née d’un giga-clysme égal qui ne mène qu’à SOI
    Tu cherchais sans relâche la source de l’Homme BON !
    Que l’Ange enveloppant que je senti tant-tôt…
    Sécure ton chemin qu’on imagine BEAU…
    Nous, tes âmi(e)s, cathares de conscience…

    Car celle-ci « existe » envers et recto-sciences
    Celle d’une sagesse, celle d’un lendemain !
    De 2 mains qui se serrent, d’un baiser, d’une écoute,
    Du partage sans doutes, sans peurs et presque sans reproches !
    De la rosée, la goutte qui abreuve la fleur,
    Mais tu le sais déjà et je ne suis pas triste…

    Une petite larme, forcément, de n’avoir eu ce temps
    De te connaistre vite, mais l’heure est à la Fête
    Pour Tôa, en chantant aubades et trilles, tournois et
    Tourm-amants aussi, ainsi que les Purs, les Fous et les Poêtes, Henri à la barbe fleurie et tous les pauvres gens !
    Je jardine simplement et m’occupe de mes « bêtes »
    Un peu du Firmament, pilote apprenti m’oblige…Hi !

    Nous allons dispar-être mais re-naistre
    Je pense à nos enfants… leur Vie sera plus dure encore
    Ben, on donne ou le sapiens va naistre ! Qui parle d’un Dieu ? Nous l’avons remplacé…
    J’entends le chant clair du rapace qui demande la becquée
    Mon citronier que je pensais parti, la racine a donné son Petit, les framboises sont bonnes, les animaux gentils
    Tant qu’on les paistre !

    Avec de bons patous, colleys, Ours dont je suis, dauphins, chevaux, Ange le mouton d’âmour, poulettes et tout âmis animaux, crapaudes et prophêtes (?)
    Dont nous sommes, sans orgueil et fidèles
    Une lutte oui, mais nous avons la chance
    De sauver ou plutôt d’essayer de mettre dans la science
    Une nouvelle espèce, discrètement, soiement responsable
    De pondre clônes-esclaves géne-éthique modifiés ?

    Cher Yves, je te souhaite comme senti le 29 juillet
    Estrangement comme toujours en mon espace, le plus doux des voyages.

    A mon âmi catharisant et MERCI.

    Vie MOIREZ

  5. Pierre Tilleux de Helsbeca écrit:

    Yves, mon mentor, mon ami, je ne puis qu’être triste de n’avoir pu réaliser certains rêves avec toi et en citant Giono que je suis entrain de lire: » Pour que le caractère d’un être humain dévoile des qualités vraiment exceptionnelles, il faut avoir la bonne fortune de pouvoir observer son action pendant de longues années. Si cette action est dépouillée de tout égoïsme, si l’idée qui la dirige est d’une générosité sans exemple, s’il est absolument certain qu’elle n’a cherché de récompense nulle part et qu’au surplus elle ait laissé sur le monde des marques visibles et les tiennes le sont vraiment, alors on est sans risque d’erreurs, devant un caractère inoubliable.
    Amistat et que la paix du Seigneur soit avec toi.
    Ton ami frère cathare Pierre.

  6. montsegur09 écrit:

    Que cette prière des bonshommes accompagne un croyant cathare :
    “Peire sant Dieu dreiturier dels bons esperits, tu que jamai te mesèrras, ni messorgas, ni dobtas dona le a conoisser ço que tu conoisses, e a aimar ço que tu aimas.”

  7. Luis Andaur Vignolo écrit:

    Mes sincères condoléances à la famille.

  8. Eric écrit:

    Yves

    Voici un an bientôt tu nous quittais non sans avoir initié cette gageure qui voulait réunir sur des fondamentaux communs celles et ceux qui étaient plus prompts à s’envoyer des piques sur leurs divergences à tous propos.
    Non seulement tu as réussi cet exploit mais nous allons samedi nous réunir une seconde fois dans le même esprit.
    En outre, cette année s’est passée en échanges multiples et en rendez-vous désormais réguliers à Toulouse et Carcassonne.
    Vraiment tu a joué un drôle de tour au mauvais principe et à son démiurge, prince de ce monde.
    Merci Yves et, ne t’étonnes pas si une bouffée d’amour monte jusqu’à toi samedi prochain.

  9. Cathy de Carcassonne écrit:

    Il s’en est passé du temps, et s’est écoulé de l’eau sous le pont du diable! Pour nos discussions devant ton fiòc ou sur ton lit de mort, alors que j’étais enceinte de mon aînée, je te remercie. Je parlais encore de toi ce soir et écrivais à ton sujet hier et avant-hier! Mes deux filles jouent aux échecs et philosophent, elles ont besoin d’enrichir leur psyché…. La bastida, je n’y suis pas revenue… Mais on montera. Adèu amic!


Laisser un commentaire