Liure avèm nascut, nos emmuralhar an volgut, nos far calar, n’an pas pogut.

Une vache sur le mur

En passant à Pigaillous, il n’est pas rare de rencontrer cette vache gasconne perchée sur le mur surplombant la route qui, entre deux « broutées » regarde placidement passer les voitures

p1010392.jpg

18 avril, 2009 à 14:07


5 Commentaires pour “Une vache sur le mur”


  1. Plutochien. écrit:

    Que peut-elle regarder d’autre que les voitures, il n’y a pas de train…
    Meuh!

  2. El boss de la Vaca écrit:

    Cette vache ne regarderait-elle pas plutôt les vieilles fenêtres jaunes et vermoulues qui, de l’autre côté de la route, ont été abandonnées contre un mur depuis maintenant trois ans. Beau spectacle (!) en effet, pour les vaches comme pour les touristes, que cette exposition de bord de route qui se prolonge. Pigaillous fenêtre modèle de l’Ariège ?

  3. Plutochien. écrit:

    Si j’ai bien compris, elle rumine…

  4. Philippe F. écrit:

    En réponse au boss de la vaca je lui dirai qu’à MONTSEGUR nous avons aussi notre bidonville, il suffit de se rendre au lieu dit le Ressec pour admirer un spectacle digne de Pigaillous mais multiplié par cent, avec par dessus le marché de pauvres chiens attachés à de courtes chaines rouillées au milieu de ce dépotoir.
    Enfin chez nous les vacanciers sont protégés du spectacle par un panneau « interdit sauf riverains ». L’honneur aussi est il sauf?

  5. Le troubadour écrit:

    Une verrue sur votre beau paysage ;
    Il ne suffit pas de simples interdits
    Pour cacher aux touristes ce lieu des chiens maudit
    Les seuls indifférents sont dans votre village.

    Je suis consterné plutochien cher confrère ;
    De la race canine ardent défenseur ;
    De votre grand silence et du peu de cœur
    Pour vos pauvres amis à la vie si amère.

    Vous n’êtes pas le seul à détourner les yeux
    Vos grands élus fréquents usagers des lieux
    Tolèrent cette infamie oubliée des cieux.

    Fustiger comme il se doit cette souffrance,
    Mettre un terme à ces barbares conditions ;
    Où se situe ici le seuil de tolérance ?

    Grâce à la politique de l’autruche les flammes étaient hautes au dessus du bucher.


Laisser un commentaire