Liure avèm nascut, nos emmuralhar an volgut, nos far calar, n’an pas pogut.

Plutochien sur la piste du vendredi 13

Toujours obsédé par l’idée de devenir chien savant, et historiochien de service reconnu d’utilité publique, je divague dans les archives de la presse érudite du siècle dernier.

chiens054.gif

« L’Os à moelle », un hebdomadaire fondé par le très savant Pierre Dac, me fait particulièrement saliver. Le numéro 1 de ce monument de culture journalistique parut justement un vendredi 13, le vendredi 13 mai 1938. Pourtant, le docte fondateur de la publication  attendit le vendredi 13 janvier 1939 pour révéler au monde universitaire admiratif ses découvertes historiques, dont voici la teneur.

Les origines secrètes du VENDREDI 13 portebonheur2.gif

« Le vendredi 13 que d’aucuns considèrent comme bénéfique, d’autres comme maléfique et les intermédiaires comme névralgique, n’a pas toujours été ce qu’il est de nos jours ; et il s’en faut, et de beaucoup ; d’abord, il est bon de rappeler que le vendredi 13 n’existe que depuis l’an 911, époque à laquelle il fut officiellement établi par le roi Charles le Simple à l’occasion du traité de Saint-Clair-sur-Epte. Donc, avant 911 il n’y avait pas de vendredi 13. Par contre, il y avait toute une trôlée de samedis 12 et de lundis 14.
Plus tard, vers 1180, au début du règne de Philippe-Auguste, le vendredi 13 subit une éclipse assez longue et ne fut rétabli qu’en 1512, par Louis XII, pour se consoler de la perte du Milanais.
Pendant la révolution, le vendredi 13 fut réduit en partie et s’étala pour moitié sur la veille, moitié sur le lendemain. Le 9 thermidor lui rendit ses prérogatives et depuis aucun changement notable ne fut apporté à cet ordre des choses.
Voilà donc la vérité historique sur le vendredi 13, vérité qu’il était indispensable de proclamer en ce moment où, plus que jamais, la crédulité publique est prête à accueillir des légendes plus ou moins fantaisistes. »
  (Pierre Dac)

en6nesiq.gifchat.jpg

Pour information, il faut quand même noter que, durant la période supposée de l’éclipse,  le vendredi 13 mai 1239, 183 Cathares furent brûlés au pied du Mont-Aimé en Champagne, et que les Templiers furent arrêtés le vendredi 13 octobre 1307…, mais il ne faut pas être superstitieux, ça porte malheur.

portebonheur2.gifyietrefle191.gifportebonheur2.gif
Très Bon Vendredi 13

12 mars, 2009 à 22:04


2 Commentaires pour “Plutochien sur la piste du vendredi 13”


  1. Lucas Landrier écrit:

    Que Plutochien savoure « L’Os à Moelle » avec délectation, je le comprends et je l’approuve, j’adore le pot-au-feu. Cependant, je voudrais ajouter une précision à l’article de cet éminent chroniqueur canin à propos des tragiques vendredis 13 médiévaux. Aux époques concernées, XIII et XIVième siècles, le calendrier était faux et en retard d’une semaine environ sur les positions solaires. Les deux vendredis 13 en question étaient des vendredis 20, 21 ou peut-être même 22. Par conséquent le drame vécu par les victimes n’a pas été provoqué par le vendredi 13. D’ailleurs, comme l’a précisé le savant Pierre Dac, il n’existait plus de vendredi 13 depuis le roi Philippe-Auguste. Aussi, je ne comprend pas très bien pourquoi votre historiochien de service a ramené sa truffe en conclusion.
    Lucas Landrier, ingénieur chronologiste du bureau des jours sans fin.

  2. Roger Dupot écrit:

    Félicitations à Monsieur Landrier pour ses judicieuses précisions. J’ai toujours pensé que c’était le vendredi 22 qui portait malheur. Ne dit-on pas 22, v’là… une quelconque autorité répressive, c’est à dire une personne capable de vous en retourner une bonne.
    Par contre les vendredis 20 ou 21 portent bonheur. Il serait bon que « La Française des Jeux » remette ses pendules à l’heure cosmique; 2000 ans de retard, ça fait désordre!


Laisser un commentaire