Liure avèm nascut, nos emmuralhar an volgut, nos far calar, n’an pas pogut.

Salage ou paillage !

Chacun sa tactique : Partout ailleurs, on répand du sel sur la chaussée pour faire fondre la neige ou le verglas; à Montségur, de toute évidence, c’est de la paille….

dsc01494.jpg

17 février, 2009 à 17:20


4 Commentaires pour “Salage ou paillage !”


  1. le troubadour écrit:

    Salage ou paillage telle est la question;
    Ne pourrions nous y voir une continuité
    Des tocs municipaux sur la salubrité?
    Aux excréments de chien voilà la solution.

    Pas de jardin public mais une aire paillée
    Pour les besoins pressants de nos toutous pressés.
    Vespasienne pour chien en toute liberté
    Voici de prime abord une excellente idée.

    Quelques mauvais esprits de l’affaire auront
    Une version différente, que je vais présenter.
    Négligence coupable telle est leur opinion.

    Acte délibéré d’un des administrés
    Qui par le travail tellement débordé
    Néglige du village un peu la propreté.

    Ne dit on pas « l’exemple vient d’en haut. »

  2. Plutochien écrit:

    Troubadour mon ami, ton intérêt m’honore.
    Sur la paille, je pourrais déposer mes trésors
    Tel un boeuf, un cheval, un âne ou un mouton ?
    Mon dépôt porte chance d’après la tradition.
    La fortune sans chat noir et sans pied chevalin
    Attend l’heureux marcheur au détour du chemin
    Et deux vendredis treize vont bénir cette année,
    Villageois et touristes pourront donc espérer
    Voir jaillir la fortune de leur chaussure souillée.
    Plupluche

  3. le troubadour écrit:

    Grand merci Plutochien de m’avoir honoré
    Par ces quelques phrases de ton amitié;
    Mais sur la chance je ne veux pas trop compter
    Pour poursuivre ma vie et pouvoir la gérer.

    Tes talismans je ne veux pas dénigrer,
    Ils ne sont pas pires que les autres gris-gris
    Sans utilité; et j’en suis fort marri.
    Selon moi quand même il faut les éviter.

    Dans les sphères brumeuses de la superstition
    Je me refuse toujours d’aller évoluer
    Tant à la croyance je préfère l’action.

    Avis bien différents sur le sujet présent,
    Peut-être un jour se rejoindront nos opinions,
    En attendant vivons vraiment le temps présent.

    Dommage à la prochaine.

  4. Plutochien écrit:

    Ô mon frère troubadour, pourquoi tant d’amertume
    En regardant tes pas qui foulent le bitume ?
    Je reconnais, c’est vrai, que jamais la richesse
    Ne jaillit du produit qui sortit de nos fesses.
    Ton humble disciple


Laisser un commentaire